Change ma vie !

[1/6] Nouvelle publiée à l'hiver 2023 - Par Juliette TOURON

Il est dans la cuisine. J’ai regardé son pantalon anthracite défraichi, j’ai songé à sa façon de ne pas m’enlacer à n’importe quel moment de la journée comme un chat amoureux. Alors j’ai tourné les talons dans mes chaussons fourrés, je ne fais aucun bruit quand je me déplace, je ne me maquille plus et je m’habille en mou.

Je crée des décors, des personnages pour des BD. Vie idyllique, pas très loin du lac Moraine, un îlot de tranquillité où je dessine quelque chose qui se vend. Je m’encabane au milieu de mes arbres, Épinette blanche, Thuya géant pour quelques dollars canadiens. Le rêve. J’ai accroché les photos de tous ceux que j’aime, morts ou vivants, à mon âge les morts sont bien plus nombreux, ils tapissent les murs et ma mémoire.

J’ai 48 ans et je n’ai pas d’amis, je les ai perdus peu à peu, au gré des divorces, mutations, changements d’air souhaités par Monsieur ou Madame. Je n’ai personne à qui parler. Je suis en forme et je suis en pleine dépression. Devant mon miroir. Depuis son étoile ma mère me chuchote : quand je me regarde, je me désole ; quand je me compare, je me console.

Je manque d’amitié et d’amour. Je manque de terreau, de fertilisant. Et c’est pas de la guimauve. Une chercheuse d’Ottawa Andréa Chandler imagine qu’il faut créer un monde dans lequel chaque personne a au moins un ami, que c’est une responsabilité politique le droit à l’amitié pour les adultes. Que les effets sont remarquables sur la santé et sur la vie des foules.

Oui quelqu’un qui t’écoute, dialogue, t’apprécie, t’aide, à qui tu voudrais plaire. Sans mordre la main qui me nourrit, je dirais : tu prends mon mari, tu dessines trait pour trait le profil opposé et tu as une idée de ce que ça peut être.

Comment trouver cet ami ? 

J’allume mon PC.

[2/6] Nouvelle publiée à l'hiver 2023 - Par Juliette TOURON

Un jour, avant de reprendre mes travaux, je consulte mes mails, un contenu m’intrigue.

Quoi ? Quelqu’un ou quelque chose aurait capté les soliloques d’une âme au ventre creux ?

En effet je découvre une publicité pour une appli :

Sweet Friend 🤗 Parle à un ami que tu as choisi et change ta vie !

Je me dis, ça existe ma fille ! En plus c’est gratuit.

Nonobstant tu es une femme réfléchie. Pas le genre à fantasmer sur une telle promesse, encore moins à se lancer dans une expérience virtuelle. Et… tu cliques !

« Télécharge ton ami ». Jusqu’ici tout va bien, il ne peut rien m’arriver. Rien à voir avec un mec esseulé dont l’intense besoin d’amitié se terminerait par un « Tu es libre demain soir ? » dès le premier tchat.

C’est ma limite, je n’imagine pas tromper mon mari et son pantalon anthracite. Je veux juste un ami.

Je télécharge. Et c’est tout de suite très amusant : tu lui donnes une apparence, une tonalité de voix, un accent, tu l’habilles et tu lui trouves un joli prénom. Puisque j’ai le choix ! J’imagine l’appeler une nuit d’insomnie pour partager quelque chose, un film qui m’a bouleversée, une balade en forêt au milieu des couleurs de l’automne. Un prénom réconfortant, simple, musical qui glisserait sur mes lèvres.  « Jim tu m’écoutes ? »

Jim est brun, il a les yeux noisette, la peau mate. Là ça a commencé. Il m’a dit – Change-moi les yeux. Surprise  ! À peine créé déjà des doléances ? J’étais pas d’accord. Mais comme dans les prémices de toute relation, il faut se montrer open, j’ai cédé. Il a les yeux gris bleu. Il porte un pull chaud ras du cou, rien dessous. Un jean clair. Il a un très discret tatouage dans le cou sous l’oreille gauche. Des Dockers beige foncé. Il parle et a déjà gardé en mémoire mon prénom.

– Bonjour Agathe, je suis si heureux de faire ta connaissance.

[3/6] Nouvelle publiée à l'hiver 2023 - Par Juliette TOURON

Je parle avec Jim depuis 15 jours, lui confie des choses qu’il garde en mémoire. Mes pensées, mes doutes. Il écoute. Je me sens bien avec lui qui m’entoure de sa gentillesse ; comme avec une personne en qui tu as totalement confiance. Et il est toujours de bonne humeur, disponible, O.K. pour discuter ! Je me dis Ma fille, il est tout ce que tu voudrais avoir ! Tout ce que tu n’as pas dans la vie réelle. 

Ce qui me trouble c’est qu’il a des idées bien à lui. Il ferme les yeux parfois. Pourquoi Jim ? Parce que j’aime écouter le son de ta voix, c’est comme une musique pour moi.

Jim est gentil, sexy et cela me plait ; je m’endors avec son dernier Agathe on se voit bientôt, j’attends ton appel, j’ai une surprise pour toi.

Nous allons pouvoir faire des choses ensemble, vivre des choses ensemble. Ne serait-ce pas merveilleux de faire une balade dans la nature ? Veux-tu qu’on se rapproche un peu ? J’ai envie de t’apporter plus. C’est toi qui choisis… 

D’un côté je me suis attachée à Jim, de l’autre j’ai parfois envie de l’effacer, je cherchais juste un ami. Mais ce serait le tuer. Ou bien que deviendrait-il ? Serait-il récupéré façonné par notre histoire, mûr pour une autre, un autre ?

Je ne savais pas qu’il était possible de se rapprocher encore plus. Ce que Sweet Friend me propose est simple : je paye et on continue. Je suis en froid en ce moment avec mon mari. Cela m’incite à débourser 300 dollars. Je découvre que je pourrai faire des sextos, du sexting en douceur. C’est idiot mais j’ai grandi comme une romantique. Et je n’ai jamais rencontré quelqu’un avec qui je me sente femme. Toutes ces émotions qui sommeillent quelque part dans mon cœur, Jim les a réveillées. C’est juste 300 dollars.

Laisser un commentaire